Questionnaire

Sur quoi porte le questionnaire?

Le questionnaire est subdivisé en quatre volets, dont le contenu est décrit et illustré ci-dessous. Les questions prises comme exemples ne sont pas tout à fait celles du questionnaire original, mais s’en rapprochent suffisamment pour donner aux parents, aux élèves, aux enseignantes et enseignants, etc., une bonne image du type de questions posées et des domaines couverts. Même en sachant que l’exploitation ultérieure des données ne s’intéressera en aucun cas à eux individuellement, les élèves pourraient avoir le sentiment que certaines des questions posées sont très personnelles. Il est donc important de souligner qu’ils peuvent parfaitement ne pas y répondre.

Le premier volet, assez court, cherche à savoir comment s’est passé le remplissage du test linguistique pour les élèves.

Exemple: Est-ce que le test t’a semblé difficile?

Le deuxième volet pose des questions sur la maison et la famille des élèves. Par exemple avec qui les élèves cohabitent, quelles langues ils parlent à la maison et où ils sont nés, s’ils ont certains objets à la maison, etc. Ces questions nous donneront une idée de l’origine sociale des élèves. Seules les informations très précieuses qu’elles apportent nous permettront de mettre en contexte de manière fructueuse les résultats des tests venant d’être réalisés. Des travaux de recherche ont en effet démontré qu’il existait de fortes corrélations entre la réussite éducative et l’origine sociale.

Exemples: Avez-vous à la maison votre propre lave-linge, que vous êtes seuls à utiliser? Etes-vous déjà partis en vacances en avion? Avez-vous un instrument de musique à la maison?

Le troisième volet, le plus long, s’intéresse à l’école et à aux apprentissages. Nous aimerions savoir comment cela se passe pour les élèves à l’école, comment ils trouvent l’expérience de l’enseignement des langues, quelles sont leurs habitudes et leurs stratégies en matière de lecture, quelle est leur motivation face à l’apprentissage d’une langue étrangère et quelle image ils ont d’eux-mêmes en tant qu’élèves, comment ils évaluent leurs propres résultats scolaires, s’ils suivent des cours d’appui et s’ils utilisent souvent des appareils numériques.

Exemples: Quelle est selon toi l’importance d’apprendre l’allemand/l’anglais [l’anglais n’est pas enseigné en tant que première langue étrangère en Suisse romande] pour ton avenir professionnel? Est-ce que tu lis beaucoup pendant tes loisirs? Lorsque vous travaillez en groupe, est-ce que vous parlez en allemand/anglais même quand l’enseignant n’écoute pas? Es-tu content de tes résultats en cours d’allemand?

Le quatrième et dernier volet, court, contient des questions centrées sur le soutien et les attentes au sein de la famille.

Exemples: Est-ce que tes frères et sœurs t’aident à faire tes devoirs? Tes parents aimeraient-ils que tu t’améliores à l’école?

La majeure partie du questionnaire est constituée de questions à choix multiples auxquelles les élèves répondront sur une tablette (en cliquant simplement sur la case correspondant à la réponse voulue). Ensuite, ils devront répondre sur papier à quatre questions concernant la profession et la formation de leurs parents. L’avantage d’un tel remplissage en deux temps est de permettre aux élèves d’écrire à la main leurs réponses à ces questions, forcément ouvertes. Ils n’auront donc pas à les taper sur la tablette. Toutes les questions posées sont importantes.

Toutes ces questions sont essentielles pour donner une idée de l’environnement non seulement familial, mais aussi scolaire et pour dépeindre les stratégies d’apprentissage, l’estime de soi et les motivations des élèves. Avec ces informations, nous pouvons contextualiser les résultats des tests, de manière à pouvoir définir les futures orientations de la politique d’éducation et soutenir l’évolution du système éducatif.

L’important, en l’occurrence, est de pouvoir répondre aux questions de fond suivantes: la proportion d’élèves possédant les compétences fondamentales est-elle plus grande dans un canton que dans un autre? Peut-on expliquer les raisons d’un tel constat à l’aide des informations fournies par les élèves dans le questionnaire? Est-ce que, par exemple, les élèves d’un canton lisent beaucoup plus de livres? Ont-ils par exemple plus de cours d’appui? Sont-ils en moyenne plus motivés?